Présentation - Accueil - Haras Ange Blanc

Aller au contenu

Présentation

Equitation
Au haras Ange Blanc, nous pratiquons uniquement l'équitation Camargue.

L’équitation Camargue tire son origine du travail des gardians, des cavaliers s'occupant de bovins dans la Camargue. C'est une discipline de la Fédération française d'équitation depuis 1995, avec ses propres niveaux de Galop, championnats et épreuves.

Origine :
Les racines paysannes ont été ancrées faisant de cette équitation une des plus anciennes à ce jour (la confrérie des gardians a fêté ses 500 ans en 2012), donnant lieu a de nombreuses traditions autour du cheval camargue et des taureaux en général. Cette équitation se pratique sur des chevaux Camargue ou de type Camargue, avec une technique de monte et un harnachement spécifique. Les bovins de race Camargue sont assez sauvages.

Compétition :
Cette discipline équestre est enfin liée à son territoire d’origine. Elle participe aux traditions de la Camargue et possède aussi ses jeux équestres.
L'équitation camargue de compétition est née de la volonté de certains éleveurs, désireux de créer un outil de promotion et de valorisation, taillé sur mesure pour le cheval camargue. En 1995, l'équitation camargue est officiellement reconnue par la Fédération française d'équitation, ce qui lui permet en 1998 d'avoir un championnat de France officiel ainsi qu'un règlement élaboré par la Commission d'Equitation Camargue de la FFE validé par la Direction et les Haras nationaux. Les compétitions d'Equitation Camargue sont réparties en huit disciplines.

Les huit épreuves sont :
Courséjado : se pratique à deux et consiste à barruler (tomber) un annouble (taurillon de 1 an) dans un endroit bien précis.
Jeu de la liberté : est une discipline qui se pratique à deux ou trois et qui consiste à faire passer un cheval en liberté dans un maximum d'obstacles qui sont bien souvent des couloirs ou des petites slaloms.
Maniabilité (chronométré ou à points) : le cavalier enchaîne un certain nombre d'obstacles et qui permet d'évaluer l'agilité du cheval et sa rapidité à l'exercice ainsi que son sang froid.
Parcours de pays : très ressemblant au cross, le parcours de pays est constitué de petits obstacles que le gardian peut être amené à rencontrer dans la nature comme une gaze, un tronc, un fossé...
Reprise de travail : c'est une reprise de dressage adaptée au travail dans le bétail où on retrouve les figures nécessaires au tri comme le reculé, les demi-pirouettes ou encore les arrêts à partir du galop.
Slalom parallèle : le principe est d'être plus rapide que le cavalier qui se trouve à côté en enchaînant le plus rapidement possible un slalom côte à côte.
Tri chronométré : se pratique généralement à quatre, où le but est de sortir le plus de bêtes possible (maximum trois) dans un temps imparti.
Tri technique : se pratique également à quatre, un cavalier qui va trier la bête le plus techniquement possible et ses trois aides qui vont l'aider à garder le troupeau ou pousser la bête triée.

Gardians conduisant une manade de taureaux
Ces épreuves s'échelonnent sur trois niveaux de difficultés appelés Club élite (équivalent de la série 1) Club 1 (série 2) et Club 2 (Série 3) pour les cavaliers, et il existe deux séries pour les jeunes chevaux ou chevaux en première année de compétition appelées Club 1 Préparatoire et Club 2 Préparatoire cheval.

Depuis 2007, certains concours d'équitation camargue sont dits open et sont ouverts à d'autre équitation de travail comme la Doma Vaquera ou encore l'équitation portugaise. En fin de saison (début juillet) les cavaliers qualifiés se rencontrent lors du championnat de France qui est un combiné des trois épreuves reines de l'équitation de travail.

Depuis 1996, est organisé chaque année un championnat d'Europe et un championnat du Monde d'équitation de travail, dans lesquels plusieurs pays se rencontrent : la France, l'Espagne, le Portugal, l 'Italie, l'Angleterre et le Mexique chacun dans son équitation traditionnelle. Ces pays se disputent sur trois disciplines qui sont la reprise de travail, la maniabilité et le tri. L'équipe de France a été championne du Monde de tri en 2002 et n'a toujours pas cédé sa place en 2007.

Matériels spécifiques :
Harnachement du cheval Camargue
Équipement professionnel
la selle : contrairement à l’usuelle selle anglaise qui est plate, celle de l’équitation Camargue est profonde, avec un haut pommeau en cuir rembourré et un troussequin enveloppants d’une hauteur maximale de 15 cm, ce qui permet au gardian d’être calé et bien stable lors de brusques changements de direction. Cette selle est aussi adaptée au maniement du trident et d’un terrain marécageux. Elle est toujours équipée d’une croupière.
les étriers : plats et fermés devant par une grille en fer forgé, ils empêchent les pieds d’être coincés en cas de chute.
la bride : elle dispose d’un mors camargue équipé de longues branches et les deux rênes se tiennent dans une main.
le couvertoun : tapis de selle à carreaux.
la martingale : sert à empêcher la selle de reculer et à la tête du cheval de trop se relever
le caveçon : sert particulièrement aux poulains pour apprendre à tourner.
le séden : servait auparavant à attacher le cheval. Fait de crins.
le trident : bâton muni d’un fer en forme de trident et d’une longueur n’excédant pas 2,5 m. Il est utilisé pour pousser le taureau.
Source Wikipédia

Retourner au contenu